Clara Haskil, prélude et fugueSerge Kribus

sans entracte
jeudi 20h30

Résumé

Son ami Charlie Chaplin a confié un jour qu’il n’avait rencontré que trois génies dans sa vie : Einstein, Churchill et Clara Haskil. Elle a été l’une des plus grandes pianistes du XXème siècle. Pourquoi ? Qui peut le dire ? Son talent est une grâce qui brille dès l’enfance, et qui se manifeste avant qu’elle ait appris à lire. Une simple petite fille roumaine qui s’applique, avec un seul doigt, à reproduire au piano une mélodie de Schumann qu’a jouée sa mère. Une soixantaine d’années plus tard, après d’innombrables épreuves, elle est enfin reconnue à sa juste valeur, multiplie les concerts, voyage dans le monde entier. Et pourtant, elle semble n’avoir jamais changé, à peine bougé. Le génie, a dit Baudelaire, n’est que l’enfance retrouvée à volonté ; mais Clara Haskil, elle, paraît parfois n’avoir pas même besoin de retrouver une enfance qu’elle n’a jamais perdue. À moins qu’on ne l’en ait privé ?

 

Distribution

Mise en scène
Safy Nebbou

Assistante à la mise en scène
Virginie Ferrere

Avec :
Laetitia Casta

Piano :
Isil Bengi

Scénographie :
Cyril Gomez-Mathieu

Lumière :
Eric Soyer

Son :
Sébastien Trouvé

Conseillères musicales :
Anna Petron et Isil Bengi

Répétiteur :
Daniel Marchaudon

Costumes :

Production :
Les Visiteurs du Soir

Co-Production :
Le Liberté - scène nationale de Toulon.

Création en résidence de partenariat avec le Théâtre Jacques Cœur de Lattes, l'Espace Carpeaux, Courbevoie et la Scène nationale Châteauvallon – Liberté, Toulon

Remerciements à la Bibliothèque cantonale et universitaire – Lausanne

Remerciements aux pianos Nebout & Hamm

 

Galerie photos

Crédit photos

Mark Pillai